Pour nous, le but était de partir. Au début, on s’est dit «Ok, on prend tous nos week-ends pendant six mois et on remet le bateau à l’eau…». Ah les grands naïfs! Ca fait déjà 4 ans qu’on bosse dessus pour le remettre en état et ça fait un baille qu’il a plus flotté.  Notre premier problème a été les études. Malgré ce que disent beaucoup de gens, les études ça peut prendre du temps et au moment où s’est décidé le projet, aucun de nous n’avait fini.

L’ignorance du travail qui nous attendait fut également un ralentissement. A la base, nous voulions juste refaire la peinture du pont pour étanchéifier le bateau avant de mettre un moteur neuf. Déjà ça, ça nous a prix beaucoup d’heure de ponçage et masticage à l’époxy. Puis nous nous sommes attaqués à l’intérieur. Les boisures avaient beaucoup souffert de l’humidité et beaucoup d’entre elles ont dû être remplacées ou revernies. Il faut quand même préciser que c’est beaucoup plus simple de le dire que de le faire. Entre temps, nous avons investi dans un moteur tout neuf! Aujourd’hui, nous commençons réellement à réinstaller le système électrique, l’accastillage, la plomberie et ça fait du bien au moral. Nous remercions le Chantier Racine à Praz qui nous a beaucoup aidé durant les gros travaux en nous donnant des conseils et en nous mettant à disposition un hangar pour pouvoir travailler correctement.

La question du financement s’est également posée assez vite car sur un bateau tout coûte cher, même le papier ponce quand on en utilise des kilomètres carrés… Pour cela, nous avons tous du mettre la main à la pâte pour gagner de l’argent à côté de nos études. Comme nous avons encore pas mal de matériel assez cher à acheter, nous cherchons à présent des soutiens financiers pour continuer à mettre à bien notre projet (voir onglet soutien). Ayant fait les trois des études en science naturelle, nous aimerions également contribuer à la recherche, par exemple en faisant des échantillonnages d’eau durant notre parcours.

En attendant, il nous reste encore beaucoup de travail entre la préparation du bateau, l’administratif,  penser à comment gérer les vivres, et tout ce que comporte une aventure en bateau autour du monde.

Comme la mise à l’eau du Bonavalettes est prévue en automne 2013 et que nous aimerions pouvoir partir au début de l’année 2014, il faut nous dépêcher de tout régler avant le grand départ.
Nous donnerons régulièrement de nos nouvelles avant le départ et durant le voyage pour que vous puissiez suivre notre aventure tout le long.

En BREF:

en bref