David, Michael, Alexandre. David : La force tranquille, le sourire charmeur, le piano jazz. Il est né en 1989, et quelques années plus tard, sept ou huit, il rentrait déjà le bateau de son père, le Bonavalette, dans le port sous les yeux ébahis des marins de buvette. Ayant toujours été le plus jeune de l'équipe, il a pu tout faire très tôt, des années plus tôt que l'usage l'exige.

Les règles d'usage, c'est bien le truc dont ces trois-là se moquent. Michael, par exemple, prend un malin plaisir à danser sur les tables en fin de soirée en chantant à tue-tête Dans le port d'Amsterdam. Il est né en 1985 mais on ne l'imagine pas vieillir. Il y a des gens comme ça, qui semblent invieillissables. Il restera toujours un gamin, mais restera toujours entier. Il est pas frère des deux autres, pas frère biologique, mais frère quand même. Les trois viennent du même bled, se connaissent depuis l'école enfantine.

Alexandre, son contemporain, vieillira peut-être un jour, comme nous tous, mais chez lui ce sera quelque chose de joli. Il a la tête bien faite et les idées bien claires. Il en faut un de ceux-là dans une équipe. Le meneur d'hommes. Quoique c'est sûrement une illusion, il n'y a pas besoin de meneur dans un troupeau de trois têtes. C'est des frangins, et il y a toujours une alchimie spéciale dans une fratrie, une recette imperméable au monde extérieur.

David et Alexandre ont appris à barrer en même temps que de marcher. Leur père leur a transmis la maladie. Et à leur tour ils ont contaminé Michael, il y a bien des années. Les trois skippaient des bateaux avant de se raser, les trois skipperont des bateaux longtemps après avoir perdu leur dernier dentier.

Dada, Micky, Alex. Trois composants d'une molécule qui dégage beaucoup d'énergie. Trois bouffeurs d'écoute, qui se la pètent pas, qui se la racontent pas. Et qui partent à la conquête du monde. YAHOOOOOOOU !

Texte par Ben Ruffieux