More in this category:
26/04/2017 par

Plein Sud

Le nouvel équipage est arrivé sain et sauf à San Francisco. Nous avons déplacé le bateau dans une marina en plein centre ville. Nous profitons d’être Down Town pour faire les touristes. De la fondue au Golden Gate au quartier hippie, en passant par les bars alternatifs et quelques fast-food, histoire d’être bien nourris avant la grande traversée.

Après ces quelques jours de tourisme, nous déplaçons le bateau de l’autre côté de la baie, à Point Richmond, dans un chantier, afin de faire les travaux nécessaires à notre traversée du Pacifique. Nous avions prévu de faire quelques jours dans la marina, réparer les quelques scratchs de peinture, contrôler et changer les pièces de rigging, etc… Nous avons fini par faire plus de travaux que prévu, vu le prix de la réparation des scratchs de peinture, nous avons pris la décision de refaire la peinture de toute la coque.

Alors qu’Eduardo au pistolet d’argent applique la dernière couche, nous profitons de faire un petit tour en van dans le Yosemite National Park. Nous sommes allés voir les Séquoias géants avant de se perdre dans la vallée du Yosemite ! Nous avons profité de faire un trek pour aller voir les chutes d’eau, qui soit dit en passant, sont les plus hautes de l’Amérique Nord. Magnifique, même si Martin l’a roté sur la fin.

Après en avoir pris plein les yeux dans le Park, il est temps de retourner au chantier pour découvrir le Bonavalette fraichement repeint. Nous retrouvons un bateau flambant neuf. Lucien et Martin s’occupent de la mission nourriture pour les 2 prochains mois. Pendant ce temps, David et Alexandre fixent les derniers préparatifs techniques pour notre aventure.

Cette fois, on y est ! C’est le jour du grand départ ! Nous partons de San Francisco pour rejoindre les Îles Marquises en faisant un petit détour par les abords de l’Océan de Plastique pour y collecter des échantillons de micro-plastiques. Mission environnementale : CHECK !

Petite anecdote à propos des plastiques, c’est incroyable le nombre de déchets plastique que l’on trouve au milieu de nulle part ! Du jerricane d’essence à la simple bouteille en PET. C’est triste.

Après ce petit crochet, nous reprenons le cap des Marquises. Les jours se ressemblent. Peu de chose changent, à part peut-être les parties de jass et d’échecs qui se font presque quotidiennement. De temps en temps, dorades coryphènes et autres poissons viennent se prendre dans notre ligne de pêche ! ça change des conserves. Nous avons également quelques mésaventures à bord. La cuisinière qui prend feu lorsque Martin prépare un café, dans la même journée, notre pilote Franciss nous fait une crise et ne fonctionne plus ! Quelle journée.

Heureusement nous réussissons à éteindre la cuisinière et réparer notre bon vieux Franciss pour les derniers 1'000 Miles ! Notre passage dans le poteau noir est relativement humide au début, beaucoup de grains. Par la suite, moins de grains et surtout moins de vent, donc moteur…

Lors de notre passage de l’équateur, l’équipage en a profité pour faire péter le champagne et remercier Neptune ! Et un passage de plus pour le Bonavalette (son 3e passage de l’équateur quand même!) Nous voilà enfin dans l’hémisphère sud, mais le vent se fait toujours désirer…

Après 1 jour et demi de moteur, le vent se décide enfin à se lever et nous pouvons enfin éteindre le moteur. Nous prenons toujours des grains durant les nuits mais ce n’est pas si désagréable que ça lorsqu’on passe ses quarts en caleçon. Un soir, nous décidons de garder notre spinnaker en haut afin de faire de l’avance. Mauvaise idée, au petit matin nous essuyons un puissant grain et la, c’est le drame ! Scraaaaaaaaatch ! Petit coup au moral de l’équipage après 20 jours de nav.

Nous continuons notre route sur les Marquises. La veille de notre arrivée, un gros grain arrive droit sur nous. Notre pilote Franciss nous a fait un empannage surprise et là c’est le 2ème drame ! La têtière de grand voile qui explose… Branle-bat de combat pour affaler la GV accompagné de quelques ‘’Non dedieu’’. Nous finissons les 30 derniers Milles avec le génois. C’est donc au matin du 25ème jours que nous jetons l’ancre dans une baie à Hiva Oa ! Nous y sommes !

Pour le Bonavalette,

Martin

Carnet de bord

  • Position:

    9° 47'S

    139° 00' W

    Fatu Hiva


  • Milles:

    31000


  • Température:

    28°C


  • Météo:

    On se baigne derrière le bateau pour la première fois depuis 15 mois, quel bonheur!


  • Rouleaux de PQ:

    branches de palmiers


  • Cave à vin:

    3 (pour 5 c'est ristrett)