More in this category:
21/02/2016 par

Si c'est un rêve je le saurai

C’est fou si on regarde sur une carte du monde, l’île a l’air plus éloignée de la Floride qu’elle ne l’est en réalité… Serait-ce un moyen de dissuader les Cubains de rejoindre les rives américaines? Il ne nous a pas fallu plus d’une journée pour rejoindre le pays de l’Oncle Sam. Et dire qu’en huit heures de navigation, on passe du véritable communisme au capitalisme pur et dur.

L’environnement du Bonavalette a alors drastiquement changé. Ici les vieilles bagnoles américaines ont laissé la place aux immenses trucks. A croire qu’il n’y a aucune limitation de taille pour les véhicules et que chaque personne a besoin d’un tank pour pouvoir se déplacer. Bon c’est vrai qu’à 50 centimes le litre d’essence, on réfléchi un peu moins à la consommation.

Je crois n’avoir jamais vu autant d’église au mettre carré qu’en Floride. La religion joue un rôle beaucoup plus important qu’en Europe, elle est visible partout, à la télévision, sur les pancartes et parfois sur les t-shirts. Il est fréquent de croiser des gens avec des pancartes brandissant « God bless America » ou « Jesus loves you ».  C’est parfois un peu étrange pour nous qui avons l’habitude d’une certaine discrétion des croyances.

 Comme nous, pauvres gens de la mer, n’avons que nos pieds et les transports publiques pour découvrir le monde terrestre, nous avons rencontré en premier lieu la classe défavorisée de la société américaine (ceux qui n’ont pas de voiture). Nous sommes pratiquement les seules personnes en bonnes santés et pas complètement saouls à utiliser le bus. En tout cas au pays de la Liberté, celle de toucher le fond à l’air facilement accessible.

 Pour ceux qui sont déjà allés aux Etats-Unis, peut-être plus particulièrement en Floride, ont déjà vécu l’expérience : Ici si tu es dans un ascenseur avec quelqu’un ou si tu attends à l’arrêt de bus, une conversation va de toute façon avoir lieu. Quelques minutes de smalltalk par-ci par-là nous servent donc d’exercice quotidien pour améliorer notre anglais. C’est aussi un bon moyen de se plonger dans la culture rapidement. Attention, il faut éviter les sujets politiques, surtout en période d’élection, ça peut devenir dangereux.

 Enfin. Après avoir visité les Keys avec Marina et avoir profité un peu des plages du sud de la Floride pour faire du Kitesurf, il était temps de passer aux choses sérieuses et d’attaquer les travaux afin de préparer notre bon vieux Bonavalette aux conditions arctiques et de lui redonner un coup de neuf. On a donc sorti le bateau de l’eau et bossé à plein tubes pendant 6 semaines de la tête de mat jusqu’au bout de la quille : révision des câblages, la construction du dodger, l’installation de l’éolienne, nouvelle bâche de dinghy, contrôle du mat, antifouling, etc…

 Ce temps au chantier nous a permis de changer un peu d’environnement et l’ambiance chaleureuse qui y régnait nous a menés à rencontrer d’autres navigateurs très sympathiques toujours prêts à nous aider ou à nous donner des conseils (ce qu’aiment bien faire les navigateurs en général). Et heureusement, grâce à Beren et Angel, nous avons pu prendre quelques jours de congé et visiter un peu la région en passant par le Kennedy Space Center où travaille Angel et Disneyland. Ce fut une bonne occasion apprendre un peu plus de la culture du centre de la Floride.

 Nous avons repris la route depuis maintenant deux semaines en direction du Nord en alternant les navigations en pleine mer et canaux quand le vent du nord est trop fort, Pour l’instant, nous sommes le seul bateau à aller dans le Nord. Les « Snowbirds », navigateurs descendant dans le Sud pour l’hiver, nous rappellent à chaque fois qu’il fait froid en haut. Merci les gars, on est au courant… Les paysages du Nord de la Floride et de la Géorgie deviennent déjà très différents. On se réjouit de voir ce que nous réserve cette côte assez peu connue des navigateurs Européens.

Vous avez été nombreux à nous reprocher de ne pas avoir écrit de post depuis novembre dernier. Désolé, c’est vrai que, depuis notre arrivée aux Etats-Unis, nous avons eut passablement de choses à régler et un peu moins l’esprit à l’écriture… Promis à partir de maintenant, on vous tiendra régulièrement au courant de l’aventure.

 Et salutations de Charleston, une ville bien sympathique.

Carnet de bord

  • Position:

    32° 46′ 34″ Nord 79° 55′ 57″ Ouest Charleston


  • Milles:

    13100


  • Température:

    14°C


  • Météo:

    Ambiance printanière


  • Papier de verre:

    fini


  • Peinture et Epoxy:

    On y a mit tout notre argent


  • Rouleaux de PQ:

    Confidentiel


  • Cave à vin:

    toujours vide